L’Aromathérapie est une branche de la phytothérapie. On la définit comme l’usage des plantes aromatiques dans un but thérapeutique. 

L’Aromathérapie, c’est l’utilisation des composés aromatiques des extraits des plantes sous forme d’huiles essentielles. Les huiles essentielles sont utilisées dans le but de corriger un trouble ou encore à titre préventif.

Dans l’Egypte antique, les essences des plantes, grâce à leurs vertus antiseptiques, permettaient de conserver les momies. 

Hippocrate fit brûler des fumigations  aromatiques dans les rues lors de la grande épidémie de peste à Athènes.

Le XVIème siècle annonça le début de la production d’huiles essentielles de Lavande à Grasse.

Des grands noms dans l’histoire de l’Aromathérapie…

Avicenne, médecin du 10ème siècle fût le premier à extraire une huile essentielle pure, la première essence concentrée de rose.

René Maurice Gattefossé, chimiste parfumeur est l’inventeur du terme aromathérapie. Il a remis en lumière cette discipline en soulignant le pouvoir thérapeutique des huiles essentielles, après avoir constaté une cicatrisation rapide sur ses propres plaies grâce à l’huile essentielle de Lavande.

En 1918, lors de l’épidémie de grippe espagnole, il expérimentera d’ailleurs un désinfectant, conçu par ses soins, à base d’huiles essentielles, « le Salvol », destiné à être pulvérisé dans les hôpitaux. 

Jean Valnet, médecin chirurgien, publie vers 1964 des ouvrages sur la phytothérapie et l’aromathérapie. Il est le créateur de célèbres complexes à base d’huiles essentielles, dont les formules sont aujourd’hui inchangées. 

Il est l’instigateur de deux grands courants d’aromathérapie :

L’école française, basée sur une approche clinique et scientifique, et l’école anglo-saxonne qui se base davantage sur la notion de bien être.

L’Ecole anglaise, a d’ailleurs été initiée par Marguerite Maury. Biochimiste et thérapeute elle a davantage axé l’aromathérapie avec la notion de bien être. On peut dire qu’elle a ainsi procédé de l’Aromachologie. Pionnière en matière de cosmétique naturelle, dès les années 40 elle entreprit de démontrer l’effet bénéfique des huiles essentielles sur la beauté. 

Pierre Franchomme, chercheur français a introduit dans les années 70 la notion de chémotype, que l’on peut qualifier de « race chimique ».

Il a également fait connaître en France l’usage thérapeutique de certaines huiles essentielles, comme la Camomille romaine qu’il ramena de Roumanie ou encore le populaire Arbre à thé ou Tea tree d’Australie.

En savoir plus:  "les huiles essentielles de A à Z"